Sommaire

 

Si le fait d’être végétarien présente de nombreux avantages pour la santé, certains d’entre nous ne souhaitent pas supprimer complètement la viande.

C’est l’idée derrière le régime flexitarien, qui réduit la consommation de viande au lieu de l’éviter complètement.

 

Cet article aborde les avantages et les risques potentiels de suivre un régime flexitarien pour vous aider à décider si c’est un bon plan pour vous.

 

Qu’est-ce qu’un régime flexitarien ?

Le « flexitarisme » est essentiellement ce qu’il semble être : un régime végétarien flexible.

Une personne qui s’identifie comme flexitarienne pourrait manger de la viande à l’occasion, mais ne l’inclut pas comme une partie régulière de son régime alimentaire normal.

Le plus souvent, ceux qui préfèrent ne pas manger de viande le font pour des raisons de santé ou d’éthique (ou les deux). Il en va de même pour les flexitariens qui cherchent à améliorer leur santé globale et à diminuer leur impact sur l’environnement.

La viande n’est pas un produit de consommation courante.

Résumé: Le flexitarisme consiste à suivre un régime végétarien flexible, qui réduit la consommation de viande au lieu de la supprimer complètement. Il peut s’agir d’une décision basée sur des raisons de santé ou d’éthique (ou les deux).

La décision est prise en fonction de la santé ou de l’éthique.

 

Le régime flexitarien favorise-t-il la perte de poids et améliore-t-il la santé générale ?

En bref, oui, si l’on regarde d’abord les avantages d’un régime végétarien.

Les études ont montré que le régime flexitarien favorise la perte de poids et améliore la santé globale.

Des études ont révélé que les personnes qui suivent un régime végétarien sont plus susceptibles d’avoir un indice de masse corporelle (IMC) qui se situe dans la fourchette normale.

Cela peut s’expliquer par le fait que les végétariens sont susceptibles de consommer plus de fruits et de légumes, qui sont pauvres en calories et riches en fibres – deux composantes majeures pour favoriser la perte de poids.

 

En outre, les végétariens ont tendance à avoir une espérance de vie accrue par rapport aux mangeurs de viande. Plusieurs études ont révélé que les personnes qui ont un régime alimentaire riche en fruits, légumes, noix et céréales complètes ont un risque plus faible à la fois de maladies cardiovasculaires et de cancer – deux de nos plus grands tueurs.

 

Ceci est probablement dû à la quantité élevée d’antioxydants, de vitamines, de minéraux, de fibres, de substances phytochimiques et de protéines végétales que l’on trouve dans ces aliments.

Pendant ce temps, des études d’observation indiquent que la consommation de viande rouge peut entraîner une augmentation du risque de cancers, notamment du cancer colorectal. Le fait d’éviter ou de limiter la viande rouge peut contribuer à réduire ce risque.

 

Cela dit, par rapport à un végétarien, un flexitarien aura l’avantage d’obtenir des nutriments importants – comme les protéines, la vitamine B12 et le fer – qui sont fortement concentrés dans la viande.

Il est intéressant de noter que, chez les diabétiques, il a également été démontré qu’une alimentation pauvre en viande rouge améliore la glycémie. Mais dans le même temps, un régime pauvre en glucides peut également aider les diabétiques.

 

Il semble donc qu’un mode d’alimentation flexitarien puisse être sain pour toute une série de personnes. Comme on peut s’y attendre, ceux qui ont un régime semi-végétarien ont tendance à avoir un IMC plus faible, un risque plus faible de cancer du sein et une glycémie plus faible par rapport à ceux qui mangent souvent de la viande.

Résumé : Les flexitariens peuvent connaître des avantages similaires à ceux des végétariens, qui pèsent généralement moins et ont une espérance de vie plus élevée. Une alimentation pauvre en viande est également liée à un risque plus faible de maladies cardiovasculaires et de cancer.

 

Risques sanitaires du flexitarisme

Changer son régime alimentaire de quelque manière que ce soit peut s’accompagner de risques inattendus.

Comme mentionné ci-dessus, la viande est une excellente source de protéines alimentaires, ainsi que de zinc, de fer et de vitamines comme B1, B2, B3 et B12.

La viande est une excellente source de protéines alimentaires.

Ce qui signifie que les flexitariens doivent s’assurer qu’ils obtiennent ces nutriments à partir d’autres sources lorsqu’ils réduisent leur consommation de viande.

Par exemple, limiter la viande rouge peut augmenter le risque d’anémie ferriprive. Les flexitariens peuvent vouloir augmenter leur consommation d’aliments végétaux tels que le soja, les pois chiches, le quinoa et les lentilles, qui sont tous de bonnes sources de fer.

 

Vous voudrez également rechercher des aliments végétaux riches en protéines, comme les noix, les graines, les lentilles, le tofu et les haricots.

Résumé : L’adoption d’un régime flexitarien peut entraîner une carence en fer, ainsi que d’autres nutriments essentiels comme les protéines, le zinc et la B12. Les flexitariens doivent s’assurer qu’ils obtiennent ces nutriments à la fois à partir de sources carnées et végétales.